La pelle-bêche et le rateau

 

la-pelle-beche.jpg

En plein cagnard, une bêche

Un râteau à l’ombre attend,

La pelle pile la sèche

Terre dure comme du diamant.

Elle se démène comme une nonne

Prêche tout le jour le seigneur,

Pendant que l’autre roupillonne

Et mate le marteau piqueur.

 

Gonflée par la ritournelle

Que sifflote le râteau

Encanine et saque la pelle

Pour répondre à son repos.

Elle fait péter la caillasse

Dessouche les racines du mal

Elle bougonne la grognasse,

Lui, il pionce et c’est normal

 

Elle s’active et bouge la belle

Elle forcit avec le temps.

Lui se bronze la rondelle

Tout en se curant les dents.

« Vas-tu bouger emmanché ? »

Lâche la belette avertie

« Te bile pas j’bois ton CAFé,

J’irai quand t’auras fini. »

 

Elle tape, déterminée

Elle creuse pour un seul plant

Quand lui part disséminer

Sous son sillage mille enfants

Des semis lâchés sans crainte

Qui profiteront des grands

Bosseurs sous d’autres contraintes

Devant le monde conscient.

 

A force de cogner en âge

La pelle encloqua son hôte

Se fit péter l’bois de rage

Et de la bêche plein les bottes..

Et le cul terreux loua

Le plus beau motoculteur

Et de sa vie il jura

D’éviter chaque fois la sueur

 

Le râteau tranquille Mimile

Se fit cajoler le manche

En aller-retour fertiles

Hum… Pour adoucir les tranches.

Alors qui bien de l’active

Ou du profiteur serein

A de nos jours la main mise

Sur nos récoltes, nos pains ?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site