Avatar

Le ciel se rit de moi,
Les valets et les rois
Tout le monde m’indiffère.
Le vent n’écoute plus
Mes pleurs, mes cris perdus,
Mes pamphlets, mes chimères.
 
Je suis libre de ça,
D’être plus bas que bas
Pour le monde et la terre.
Je suis libre de tout
Ridicule ou bien fou
J’ai mon propre univers.
 
Qui suis je alors vraiment ?
Qui contrôle mon temps ?
Qui anime mon âme ?
Qui éclaire mon phare
Fait changer l’avatar
De mon eau, de ma flamme ?
 
Qui saura bien comprendre
Le mal en train de fendre
Mon bois et puis mes armes.
Qui saura qui je suis,
Un raté, un génie,
Issu de ce vacarme.
 
J’ai trébuché cent fois,
Et personne en émoi
Pour ainsi relever
Mes loques et mes genoux
Mes mains pleines de boue
Suis-je au monde étranger ?
 
En face du miroir
Et comme un ostensoir
Je te confie mon être
Je t’ouvre enfin mon cœur
Si fragile, il pleure
De ne pas te connaître.
 
Je te donne la clef
De mon précieux coffret
De  ma vie, mon trésor.
Je t’ouvre mon carnet,
Ma vie et mes secrets.
Je ne sens plus mon corps.
 
Tu es peut être celle
Qui est tombée du ciel
Pour être mon printemps.
Terminer la souffrance,
Remerciant la patience
De mes années d’avant.
 
Les ronces de la vie
Comme des lianes aussi,
Serrent mon cou très fort
Je ne respire plus,
Sans toi je suis perdu
Découvre-moi encore.
 
Ma folie me ramène
Aux poisons que je sème
Partout autour de moi
Les maladies mortelles,
Cauchemars irréels
Reprennent alors en moi.
 
Quelle douleur malsaine
Vient réveiller mes peines
Et ma folie de l’homme.
Je ne suis pas à lier
D’un fou mais de pensée
De ne manquer à personne
Avatar 2

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site