Le mal du Caméléon

 

J’écrirai plus original,                        

Dessinerai bien d’autres fresques

Pour aller conquérir le graal,            

Depuis des années j’y suis presque.         

J’irai chercher en l’amertume,          

Les métaphores les plus gaies           

Prendrai le meilleur de ma plume 

Ou bien de mes doigts du clavier.             

 

Et de toi, je prendrai la rime       

Et de toi je prendrai le vers          

Pour m’emmener en haut des cimes

D’une pluie de mots en hiver.         

Et de lui j’aime le couplet       

Et d’elle le mouvement de ses mains

Qui me berce comme la marée

Et revient tel un doux refrain

 

Par delà les concerts, les foules     

Je m’inventerai une vie                          

Ou cette poésie qui coule,              

Quelqu’un ou des gens l’apprécient.

Je m’inventerai d’autres maux              

Pour être aimé de mes écrits,                       

Prêt à user toutes les peaux            

De ma carapace endurcie.        

   

Et de toi, je prendrai la rime       

Et de toi je prendrai le vers          

Pour m’emmener en haut des cimes

D’une pluie de mots en hiver.        

Et de lui j’aime le couplet       

Et d’elle le mouvement de ses mains

Qui me berce comme la marée

Et revient tel un doux refrain

 

Ma tunique multicolore                            

Change de larme chaque jour              

Jusqu’à me transformer en or

Dès lors qu’arrivera mon tour.

J’attends toujours d’être en succès

Auprès d’illustres inconnus,

Et à défaut d’être écouté

Je chante encore, je continue…

 

Et de toi, je prendrai la rime       

Et de toi je prendrai le vers          

Pour m’emmener en haut des cimes

D’une pluie de mots en hiver.        

Et de lui j’aime le couplet       

Et d’elle le mouvement de ses mains

Qui me berce comme la marée

Et revient tel un doux refrain

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site