Vole

vole.jpg

 

Danse la feuille, et tourne sur toi même,

Car oui cette  journée est vraiment la dernière.

Vermeille épouse d'une mante qui ne t’aime,

D'une saison qui tue, en rougissant la terre.

Pleure nuage, et marque ton passage,

Car il t'a fait souffrir en enterrant ta sœur,

Déchaine tes éclairs et libère ta rage,

Punis cette saison jusqu' à ce qu'elle meurt.

 

Mais vole, vole, vole sans moi

Vole, va t’en sans moi

Vole sans moi

Vole, vole, laisse-moi

 

Vole l'oiseau, vers tous ces pays chauds,

Loin du froid,  loin du monde ou rien n'est bon à rire,

Vers un pays où tu ne seras pas de trop,

Pour agrandir les tiens avant de repartir.

Ne pleure pas automne, je t'aime autant qu'on aime,

Une fille native d'un  jour de décembre,

Une fille avec qui,  je partage  mes peines,

Qui sait pertinemment que mon cœur est à prendre.

 

Mais vole, vole, vole sans moi

Vole, va t’en sans moi

Vole sans moi

Vole, vole, laisse-moi

 

Danse la feuille, et tourne sur toi même,

Pleure nuage, et marque ton passage,

Vole l'oiseau, vers tous ces pays chauds,

Ne pleure pas automne, je t'aime autant qu'on aime.

 

Mais vole, vole, vole sans moi

Vole, va t’en sans moi

Vole sans moi

Vole, vole, laisse-moi

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×