L'envie

alliance.jpg

 

Tombé par hasard sur une histoire d’envie

Coupante comme une scie, le fil de ma vie,

C’est Damoclès qui rit, rit de me voir tomber,

Je me relève sans bruit, tu m’as attaché.

 

Et quand je me délie, c’est toi qui me retiens,

Lançant mes propres flèches, il part et il revient

Le yoyo de ma vie, mes nerfs et ton envie

Tu joues avec, ma vie, otage est mon esprit.

 

Je tombe dans l’oubli, ta marionnette en bois,

Pinocchio maladroit, ton pantin fou de toi.

Je porte alors sur moi, les méfaits de l’amour,

Plutôt que de mes mains, profiter de seins lourds.

 

J’ai besoin de ma dose, péché, mon opium

Et même si au fond de moi, il m’empoisonne

Je sais ce qui n’est pas bien, interdit de faire,

Mais j’ai la tête et toi, dans un autre univers.

 

Trop sincère souvent, amoureuse parfois,

Dans mes yeux océans, toujours elle se noie

Et m’inquiète et me gêne, et me déstabilise

Il faudra bien que cesse ce jeu, ces bêtises.

 

Tu tournes autour de moi, pareil à un soleil,

Une pluie de rayons chauds traverse le ciel

La culpabilité et l’envie se mélangent

La balance est faussée, un des poids me démange

 

J’use avec toi de tout, de toutes métaphores,

Te comparant à tout,  ce que j’aime et j’adore

A tous mes vrais péchés, à tous mes interdits,

Mes choses préférées, mes vices et mes envies.

 

Envie de croquer la pomme, mais je suis lié

Envie de toi en somme, mais l’anneau sacré

Pour toujours et même s’il se tord de douleur,

Moins doré qu’autrefois, il tient à sa rondeur

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site