Le sourire

 

mona.jpg

 

Je connais un sourir’ qui n’est jamais le même,

Qu’il soit devant la foule ou au calme parfois.

Il cache derrière lui un tout autre thème,

Cocote de papier, comme un repli sur soi.

 

Mona a le sourire quand le jour se lève,

Son doux portrait s’illumine en simplicité

Mais Lisa la rappelle et demande une trêve

Ses yeux pétillent moins qu’un Champagne passé

 

Que veux-tu dire alors ? Ton regard n’est plus sûr.

J’entends bien ton soupir, ton souffle sur ma joue

Je sens l’opacité de tes rêves obscurs,

Un manque de confiance, une autre peur, un flou.

 

Je ne connais de toi que tes yeux dans les miens

Qui parlent pour ta bouche, figée devant moi

Ils me chuchotent un mot, ils demandent mes mains

Pour te redonner force et réchauffer tes doigts.

 

Le sourir’ de Lisa n’est pas toujours le même,

Mais moi je n’en vois qu’un, illuminer le ciel,

Peint de mille couleurs, criant mille poèmes

Comme une renaissance, comme un arc-en-ciel.

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site