Le jouet

Je suis son jouet, sa balle, son fil de laine

Je suis un animal apeuré sous son règne

Je suis surement docile se dit elle trop sereine

Ses griffes sont inutiles, car j’aime quand elle m’emmène

 

Je suis l’esclave, le jeune groom qu’elle appelle

Sa vile poupée vaudou, qu’elle pique et ensorcelle

Je suis le pantin fou sous la coupe de la reine

Elle m’invite dans sa chambre, elle chantonne et m’enferme

 

AH…

 

Je suis un rêve un instant dans le ciel

De cette enfant gâtée par la vie et Noel

Mais à peine déballé, je me retrouve à même

Le lit ou bien le sol et elle me dit qu’elle m’aime

 

Elle est fakir dans un monde oriental

Elle en est la princesse et je tombe sous son charme

Elle est la dictatrice et du bien et du mal

J’obéis tant aux gestes qu’au chant de la sultane

 

AH…

 

Elle fait semblant de ne plus m’regarder

Mais je vois bien qu’elle ment, dans ses yeux délavés

Dans la diversité de ses amants cassés

Je demeure bien le seul qu’elle dit avoir aimé

 

Qui te dis que de nous deux le jouet c’est moi

Te souviens-tu encore de notre première fois

Qui a ouvert à l’autre le premier soir ses bras

Pour profiter toujours du moindre désarroi…

 

Car quand tu me caresses

J’ai le poil qui se dresse

Quand tu me délaisses

Sais-tu donc pourquoi j’encaisse

Tu es l’arrogance

Mais tu perds tes sens

Quand je te balance

T’as le cœur, les jambes qui flanchent

Je tombe dans tes bras

Vas y emmène moi

Je n’attends que ça

Qu’ tu joues encore avec moi

Sais-tu ce que j’en pense

De ton corps en transe

 Ton état d’urgence

Quand je vois tourner tes hanches

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site