Quatre mains (Nicolas Lienart / Milady Write)

Un mot, un vers, un passage

De cette muse au cœur sage

Et mon horizon s'éclaire

Un couplet, deux, trois images

D'elle et mon cœur sur sa page

Propulse ma tête en l'air.

Voix en cage, en écriture

Adagio dans ses murmures

Tout le ventre mélodie...

Je prends l’eau dans  son azur

J'implose sous sa signature

Fermez serrures! Je le lis...

 

De ses poèmes en ruines à mes chants de bataille

Elle est l'héroïne éternelle

D'un fanatique idéal à mon cœur en pagaille

Elle est la bombe textuelle.

De ses champs de caresses à mes poèmes bruts

Il est l'acteur surprenant

Et du pari de son texte à l'ivresse uppercut

Il est le trader insolent.

 

Elle m’invite à la prudence

Mais moi je rêve en cadence

A la mesure de ses pas

Il est l'air qui me balance

Ce cœur à cœur transhumance

J'en demande encore une fois.

Invitation ou espoir

Rendez-vous dans le couloir

Où l’on se cache en amants

L'envie nue sur le billard

Jouons du temps et hasard!

Dehors s'endort et attend.

 

De son côté féminin, un caractère qu’on devine

Je suis ébahi par elle

Et de son cuir de vaurien à ses formes divines

Elle est la bombe sensuelle

De son corps au masculin, au contre jour exposé

Je suis le regard du silence

Et de la force de vie à la rage d'avancer

Il est le trader d'endurance.

 

Son cou, ses lèvres, le désir

Juste un regard, un sourire

Je m’abandonne à ses mains

Son dos, ses reins, braillent à lire

Le souffle virant aux soupirs

S'embrassent fous les parfums.

Et sur sa hanche, un tatouage

Une épaule nue, son corsage

Qui rejoint le plafond blanc

Les tissus cèdent au chantage

En crescendo le naufrage

Le temps complice se rend.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site