Chico

pour DIMITRI

 

( par Eric LENOIR)

 

 

 

Un garçon gentil espiègle mais joueur oublie ses leçons

Et plus intrépide, il joue et il pleure plus que de raisons

A force de se perdre, il devient errant un chat bagarreur

Et à coup de patte et à coup de sang, il apprend la peur

On le met en cage et il devient lion lui qui était chat

Il fait des rencontres, celles qu’il faudrait, où il ne faudrait pas,

Quand on le libère, Il poursuit l’histoire des pages chiffonnées

Un manque de repère jusqu’à un boulot et qu’il adorait.

Chico, Chico, Dans ton atelier et dans ton chariot tu chantes avec nous

Chico, Chico, Devant ton armoire et ta boite aux lettres tu danses avec nous

Chico, Chico, Devant le repère de ce doux fumoir, tes rires portent fort

Chico, Chico, Oserais tu parier sur le vide des cœurs ou des bancs dehors ?

 

Tu donnes dans l’effort et en amitié bien plus qu’en amour

Et la maladresse improvise tes pas au fil de te jours

Des besoins basiques, des envies acides de neutralité

Au travail au moins, coule un océan et de liberté

Il n’y a plus d’ongles au bout de tes gants, je sais, tu as peur

Même Pancho ton chien ne te retient pas dans le rétroviseur

Un enfant se perd dans une forêt noire, ultime Mélodie,

Derrière la clairière, ce même cauchemar, la frousse, la nuit…

Chico, Chico, Dans ton atelier et dans ton chariot tu chantes avec nous

Chico, Chico, Devant ton armoire et ta boite aux lettres tu danses avec nous

Chico, Chico, Devant le repère de ce doux fumoir, tes rires portent fort

Chico, Chico, Tu es impatient, éternel enfant tout en sang et or.

Chico, Chico !  Dans ton atelier et dans ton chariot tu chanteras toujours

Chico, Chico, Devant ton armoire et ta boite aux lettres tu danseras toujours

Chico, Chico, Devant le repère de ce doux fumoir, tes rires portent encore

Chico, Chico, Oserais tu parier sur le vide des cœurs ou des bancs dehors ?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site